Henné noir : que faire en cas d’allergie ?

Motifs réalistes, arabesques hypnotisantes, mandala ou petits dessins de vacances… En vacances le tatouage au henné est l’accessoire favori des vacancières. Pourtant, certains hennés noirs présents sur les plages sont dangereux pour la santé. Le henné, quésaco ?  Le henné est réalisé à partir de feuilles séchées provenant d’une plante, réduites en poudre puis mélangées avec de l’eau et de l’eau de rose avant d’être chauffées. Cela donne une pâte assez épaisse pour ne pas couler lors du dessin. Il faut ensuite laisser poser le dessin pendant une heure au minimum avant de rincer. Le résultat: pendant 3 semaines, des motifs rouges s’entrelacent sur la peau des mains et parfois des pieds et des chevilles. Complètement naturel et sans danger, le tatouage au henné a traversé des siècles de tradition et ses motifs poétiques séduisent de plus en plus de femmes.  Le henné noir: un danger Pour les novices en matière de henné, il y a des recommandations à respecter. De teinte brune, rouille ou plus rouge, le henné n’est pas voué à durer très longtemps. Pour rallonger sa durée de vie et pour le foncer un peu, certains tatoueurs rajoutent une substance profondément toxique: le paraphénylène diamine ou PPD. Dès lors, on appellera cette mixture le henné noir. Le PPD est un produit qui peut provoquer des allergies seulement détectables après 15 jours et qui rendent hypersensible à ce colorant à vie. Problème: le PPD est un substance que l’on retrouve dans énormément de produits du quotidien. De la teinture pour les cheveux au caoutchouc des guidons de vélo en passant par l’encre d’imprimerie ou le cirage, ce colorant bon marché se trouve partout. Que dit la législation ? Pour éviter les problèmes d’allergie, une législation européenne interdit l’utilisation du paraphénylène diamine dans les produits destinés à être appliqués sur la peau. Pour la coloration des cheveux, seuls 6% sont autorisés par dose. Mais une fois l’allergie déclarée, même ces 6% peuvent déclencher une crise. Question tatouage, L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) déconseille fortement l’utilisation du henné noir. En particulier en été ou enfants et adultes aiment se laisser dessiner un petit motif exotique pour les vacances. Symptômes et traitement de l’allergie au henné noir  Comme les symptômes apparaissent au bout de deux semaines, il faut constamment surveiller l’état de votre peau après être passé à l’acte. Les symptômes sont les suivants : zone gonflée, rougeurs, démangeaisons, boutons en relief et cloques d’eau. Pour les personnes hypersensibles, cette réaction peut également générer de la fièvre, s’étendre sur l’ensemble du corps et conduire parfois à une hospitalisation. Que faire en cas d’allergie ?   Pour traiter une réaction allergique au PPD, on utilise des crèmes corticoïdes qui mettront parfois plusieurs semaines à éradiquer la crise. Cependant, des traces brunes peuvent apparaître suite à ce traumatisme cutané et perdurer très longtemps après. Pour s’assurer de ne pas vivre cette mauvaise expérience et en être victime à chaque fois que vous toucherez un objet contenant du PPD, mieux vaut ne pas tenter le diable et se cantonner aux tatouages éphémères en patch, beaucoup plus jolis et terriblement tendances !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Henné noir : que faire en cas d’allergie ?”

  1. Bel article, je pense qu’il aidera et préviendra certaines filles. Le tatouage au henné noir donne un résultat final plus beau, mais il est vraiment dangereux, et cancérigène en plus. On me l’a fortement déconseillé. Privilégiez les couleurs marrons (ou nuances de rouges) qui sont plus naturels.

    1. oui il est important d’être mis au courant pour ne pas avoir de mauvaise surprise au retours de vacance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *